Salvation

Les sectes
La cité de Salvation abrite deux sectes extrêmement influentes qui orientent la vie politique, économique et spirituelle des habitants : on les appelle les Technocrates et les Pyrosophes.  
Ces deux sectes sont unies derrière l’absolue nécessité du Pacte de la Flamme. Elles s'entendent aussi sur l’importance capitale du rite de l’Ascension. Cependant, les Technocrates et les Pyrosophes entretiennent des vues complètement différentes sur la Flamme,  la nature du Pacte et la façon dont l’humanité peut assurer son futur. Alors que la démarche des Pyrosophes est introspective, spirituelle et communautariste, celle des Technocrates est pragmatique, matérialiste et individualiste.  

Les Pyrosophes

Les Pyrosophes sont les héritiers du culte Semaphoring de la Flamme. Leur foi repose sur  un principe fondamental : la Pyrothante est un être céleste qui veille sur l’humanité. Sa  volonté a force de Loi, car elle est divine. Elle l’a montré un nombre incalculable de fois,  et le montre encore chaque jour. Il convient de vouer une révérence religieuse absolue à  cet être céleste qui s’est donné pour mission de sauver notre pauvre espèce, et de suivre  avec diligence la voie qu’il nous trace. L’Église Pyrosophique croit fermement que c’est en  suivant la volonté de la Flamme que l’humanité ouvrira à nouveau son horizon. Un jour,  la Pyrothante percera pour de bon les Abysses et Pangée baignera à nouveau dans la Lumière originaire du Soleil. L’humanité retrouvera son horizon et pourra parcourir le  monde comme le firent les ancêtres et comme elle est faite pour le faire. 


En attendant ce jour béni du Renouveau de la Lumière, les humains survivent grâce au  Pacte de la Flamme. Chacun doit sacrifier son trop-plein d’Ardeur et suivre la voie tracée  par les Éphores. Ce faisant, la Pyrothante reste allumée, bien vive et vivante. L’Abîme est maintenu à l’écart afin qu’une nouvelle génération puisse grandir et nourrir la Flamme  Unique. Sous les radiations purificatrices de la Flamme, les êtres humains ne manquent  pas de chaleur ou de nourriture. Ils tombent très rarement malades et vivent longtemps,  pour autant qu’ils restent à l’abri de sa lumière. Il ne leur reste qu’à compléter leur partie  du pacte en attendant le Renouveau de la Lumière. 


Selon l’Église Pyrosophique, la Pyrothante est une partie d’un tout plus grand. Il y a de cela très  longtemps, lorsque la Tempête Originaire tomba sur Pangée, les Flammes étaient plusieurs, et elles étaient fertiles. Mais les tribulations des hommes les ont réduites à une  Flamme Unique, qui porte maintenant tous les espoirs de l’humanité.

 
L’Église Pyrosophique n’a que très peu de textes écrits. Un seul texte rassemble sa cosmologie, ses croyances et ses rites. Il s’agit des Révélations de la Flamme, une version  remaniée et élaguée de l’ouvrage sémaphorien. Les Révélations de la Flamme sont au  cœur des rituels pyrosophiques. La pyromancie, toutefois, y est dénoncée comme une  pratique païenne sacrilège. Pour la pratiquer, en effet, il est nécessaire de garder ce qui  appartient à la Flamme. C’est choisir Soi plutôt que le Tout, et cela va contre le précepte  fondamental de l’Église Pyrosophique : le Sacrifice de l’Ardeur est la chose la plus sainte,  la plus noble et la plus nécessaire qui soit. 


Au niveau des valeurs, l’Église Pyrosophique met de l’avant une figure du Héros Ardent,  qui vit à l’image de la Flamme. La charité, l’humilité, la frugalité, la bonne action désintéressée sont toutes valorisées par les Pyrosophes, qui voient dans ces actions des analogies  de ce que la Flamme donne gratuitement aux hommes. Ils valorisent énormément la famille créatrice de nouvelle Ardeur, et encouragent les couples à avoir le plus d’enfants  possible. La maternité est infiniment respectée et toute femme ayant porté et élevé des  enfants jusqu’à leur Ascension est appelée Matrone par ses pairs. Porter la main sur une  Matrone ou lui manquer de respect est vu comme un acte d’une très grande impiété Notons également que le sage-femme compte également parmi les plus respectés de Salvation, au même titre que forgeron ou alchimiste.