Notre Monde

La Flamme Unique
La Flamme Unique est d’une taille phénoménale et d’une beauté qui surpasse tout ce qu’il  est possible de contempler en une existence humaine. Son ardeur solaire irradie lumière  et chaleur à des dizaines de kilomètres à la ronde. Vue de la Tour du Conclave, la Pyrothante semble une titanesque chandelle vacillante seule dans la nuit noire, magnifique et  terrible, parfaitement évidente et profondément mystérieuse. 
 
On dit que jadis, le Soleil brillait sur Pangée tout entière. Mais les Abysses ont depuis avalé  le monde, et avec lui la civilisation qu’il portait.  

Au-delà de l’aura bienfaitrice de la Flamme et des flambeaux Illial qui étendent sa lueur,  c’est l’Abîme qui s’ouvre dans toutes les directions. Il règne sans fin et sans partage sur la  surface entière du monde. L’Abîme est mort, perdition et entropie. C’est une vaste étendue obscure, glaciale et stérile, peuplée de créatures dégénérées qui détestent la race  des hommes. Ces monstres aveugles rodent sans but à travers les ruines des cités de jadis,  tombées il y a de cela des siècles dans les grandes guerres de la Flamme. 

Certes, le soleil brille encore sur Pangée, mais il ne parvient pas à traverser l’opacité de  l’Abîme. Partout autour de Salvation, la voûte céleste est obscurcie par les Abysses; celui  qui lève les yeux au ciel n’y voit qu’une vaste étendue noire, une béance sans distinction,  sans couleur et sans but. Le soleil et les autres astres ne sont plus visibles qu’à l’Orée, là  où se rencontrent la lumière et les Abysses. Cet Abime avancerait encore s’il le pouvait,  mais l’Ardeur de la Pyrothante le tient à l’écart. 

La Pyrothante fait briller sa constante lumière sur Salvation et ses environs, qui par conséquent, ne connaissent plus ni le jour, ni la nuit, mais une luminosité à peu près constante assimilable à la lumière d’un soleil couchant tardif (entre l’orangé et le bleu-noir). La  Pyrothante a également rassemblé toutes les saisons en une seule; la sienne. Dans l’aura  de la Flamme, il n’y a plus qu’une lumière solaire, vaguement orangée, qui décroit au fur  et à mesure qu’on s’en éloigne, et qu’on s’approche des confins des terres de Lumière.


 

Crédits Illustration : Olivier Carrier Leclerc