Le Magnus Magicus

Le Magnus Magicus est le Collège de la Grande, aisément le plus réputé de tous les Collèges Phonistes de Pangée.  Créatifs, savants, polyvalents, les phonistes du Magnus Magicus sont respectés bien au-delà de la Grande pour leur savoir-faire et leur inventivité.  Le Magnus Magicus est reconnu pour former des enchanteurs, des alchimistes et des inventeurs de haut niveau.

L’atmosphère du Magnus Magicus est un mélange d’ordre rationaliste méthodique et de chaos créatif débridé.  Les leçons de logique, de physique et d’ontologie y sont extrêmement développées, et on y entretient un climat d’études studieuses très rigoureux.  La vie en commun est organisée en fonction d’équipes de recherche. Pendant une année, un apprenti partage sa chambre avec quatre autres et travaille avec eux sur différents projets.  L’année suivante, il se voit attribuer une nouvelle chambre avec quatre nouveaux collègues, et ainsi de suite jusqu’à la fin de sa formation (qui dure en général 5 ans). Cette directive vise à favoriser la créativité, l’échange d’idée, l’adaptabilité et le travail en équipe.  Elle contribue aussi à souder des liens très forts entre les phonistes du Magnus Magicus (amitiés ou rivalités).

Les phonistes du Magus Magicus travaillent l’Art de la Création.   Le Collège abrite plusieurs laboratoires et ateliers dans lesquels les apprentis et les Magisters mêlent l’art phoniste à la matière.  C’est en effet la grande préoccupation des phonistes du Magnus Magicus : faire obéir la matière par les Harmonies. À cette fin, ils font grand usage des Harmonies de foudre, qui s’avèrent essentielles pour fabriquer les machines qui les fascinent.  Mélange d’enchantements, de mécanique et de métaphysique philosophico-mathématique, les réalisations des phonistes du Magnus Magicus sont aussi variées qu’inattendues et ambitieuses.

La curiosité du Magnus Magicus les pousse à chercher jusques dans les Ténèbres les réponses à leurs questions ontologiques, généralement à bord de machines douteuses en lesquelles ils placent une confiance excessive.  La plupart de ces expéditions ne reviennent jamais, mais on raconte que certains phonistes astucieux sont parvenus à faire plusieurs voyages à bord de la même machine, et même à rapporter de nouveaux fragments de textes Anciens.  Mais il ne s’agit peut-être que d’une rumeur.

© 2018 by Ad Mortem. Proudly created with Wix.com