Origine des Natifs : Point de vue Parjure

Extrait de La culture native et ses origines, par Magister Al-Ghazali de l’Agora de Trévéavoltaris

« L’origine des Natifs, il nous faut l’avouer, nous est absolument inconnue.  Pour autant que l’on sache, ils ont toujours été là, et rien ne semble contredire ce fait.  Il n’est pas un Arpenteur qui ne saura vous confirmer que les sites Natifs sont plus anciens que la plus vieille tour de Céléphais, et les recherches archéologiques menées sur plusieurs sites à proximité de Dohm ou d’Ad Mortem confirment aussi amplement ce fait.

Si nous nous tournons vers les Natifs pour répondre à la question, ils brandissent des mythes disparates, mais éloquents quant à leur sens.  Plusieurs mythes natifs racontent comment les Éternels créèrent les premiers hommes, et c’est la croyance générale parmi les tribus, quoique toutes aient tendance à donner préséance à certains Éternels plutôt qu’à d’autres, ce qui relève, à mon avis, d’un pur régionalisme.  

Il semble que toute la culture native soit basée sur la survie, le combat et l’harmonie avec les forces vives qui, affirment-ils, habitent Pangée (que plusieurs appellent Grand-Mère, les natifs se considérant comme une création des Éternels).  On comprend pourquoi, aux yeux des natifs, le cataclysme des Pyrothantes et la Flamme elle-même sont précisément ce qui est à l’origine du déséquilibre de Pangée. Ces évènements n’ont pas donné naissance à la civilisation ; ils constituent pour eux une forme de crime cosmique, de déséquilibre qui doit être rétabli par la destruction définitive de la Flamme.

 

Les mythes natifs parlent tous du temps d’avant le grand Cataclysme.  Un monde sauvage et sans pitié, où seuls le courage et la force prévalaient.  Un monde hanté par des prédateurs hideux, des monstres immenses et des choses trop immondes pour être nommées, fruit du chaos immémorial duquel tout origine (cette cosmologie primitive est largement dans la mythologie native).  Face à ces « abominations » originelles, des héros plus grands que nature pour les purger. Ces héros aux traits grossiers et aux valeurs primitives ont tous, je pense, deux choses en commun : ils entièrement dévoués à leur famille et leur tribu, et ils sont appuyés par au moins une entité appelée « Éternel ».  Une multitude d’Éternels sont évoqués dans les mythes que nous connaissons ; Celui-Qui-Murmure, Zemsta-Kara, etc. Les Natifs croient qu’une relation physique et spirituelle profonde existe entre eux et les Éternels. Ceux-ci exigent un culte, et s’il ne leur est pas rendu, ils se mettent en colère. Les enquêtes de Magister Fillister de la Grande ont bien démontré que ces Éternels sont aussi porteurs, pour les Natifs, d’une forme de code d’honneur à respecter, et qui correspond à toute fin pratique à ce que nous pourrions appeler une « morale » (quoiqu’il s’agisse pour l’essentiel de morales primitives, brutales et violentes).

Bref, tout Natif est nourri de ces mythes dès sa plus tendre enfance ; s’y ajoutent les récits terrifiants du Cataclysme, de la « cruauté barbare » des Parjures et de leur « maudite » Flamme, cause « de tous les maux de Pangée », etc.  Il est bien connu que la Flamme représente pour tout Natif un véritable blasphème contre la nature. Sa fille, l’acier, est tolérée, jusqu’à un certain point. 

 

Ces simples éléments dévoilent clairement les idéaux d’unité spirituelle tribale que proposent la plupart des mythes natifs, et pointent vers les racines du culte des Ancêtres, de même que celui des Éternels.  Mais, je dois bien l’écrire ici, rien de tout cela ne nous permet de répondre à la question de l’origine des Natifs sur Pangée.

L’hypothèse la plus vraisemblable pourrait bien être celle  de ces Phonistes cyniques de Dohm qui voudraient donner entièrement raison aux Natifs sur leurs origines.  Se pourrait-il que leurs mythes ne soient pas pures créations de leur imaginaire dégénéré et corrompu par les ténèbres, comme le clament les Sémaphoriens ?  Après tout, la puissance des Éternels vénérés par les tribus natives n’est plus à démontrer. S’ils peuvent décimer nos armées, ils auraient bien pu créer leur propre troupeau humain.  Cela suffit à ces philosophes pour dire que même si la création des Natifs par des entités divines est une absurdité, c’est la seule absurdité qui puisse concorder avec les faits. À leurs yeux, cela ne change rien ; car le fait que les Natifs aient été créés de cette manière ou de telle autre ne les rendra pas moins ennemis de notre civilisation.  Ce serait donc là le fin mot cynique de leur argument : cette question est sans importance car elle n’influence pas sur notre survie.

Mais je ne suis pas de ceux qui se contentent d’arguments dérisoires, et je ne suis pas le seul.  Mon lecteur se rappellera, sans doute, du paradoxe de Metrodome de Dohm : comment se fait-il que les Natifs soient comme nous humains ?  Si les Parjures sont venus d’entre les étoiles, pourquoi nos visages sont-ils aussi semblables que ceux des Natifs, venus d’une autre origine?  Et s’ils ont été créés par leurs dieux les Éternels, comment se fait-il que ceux-ci les aient créés… identiques à nous ? Je ne connais pas un seul philosophe, un seul sage ou phoniste capable de répondre à cette question. »

 

Magister Al-Ghazali

© 2018 by Ad Mortem. Proudly created with Wix.com