Le Grand Art

Introduction

Il y existe quatre collèges du Grand Art à travers les nations Parjures.  Chacun de ces collèges aborde l’étude des arts phonistes avec une philosophie et une tradition différente.  Certains textes fondamentaux sont étudiés à travers toutes les écoles, comme la Musique des Âmes, par Al-Bachir de Trévéavoltaris, ou Des rapports musicaux, un manuel anonyme adapté des Tables Célestes.  Cependant, l’essentiel de l’apprentissage du phoniste se fait à partir des écrits classiques des Magisters de l’école, écrits qui sont propres à ses traditions et à la vision du cosmos de ses fondateurs.

Les collèges phonistes sont tous des résidences permanentes où les apprentis vivent en commun avec les maitres, partagent les repas comme les leçons et les divertissements.  Bien entendu, aucun apprenti n’est prisonnier de son collège, mais tous les membres d’une même école doivent s’intégrer à un mode de vie en commun et à une même discipline d’étude.  Les collèges phonistes sont donc des écoles de sagesse, et pas seulement des endroits où on peut « payer pour apprendre la magie ». Ce n’est en fait qu’après plusieurs années d’étude et de discipline que le phoniste moyen parvient à s’accorder suffisamment avec le cosmos pour produire ses premières harmonies complexes.  Bien sûr, certains individus particulièrement doués apprennent beaucoup plus vite, mais pour la plupart des phonistes, le Grand Art est l’affaire d’une vie entière de dévouement et d’efforts acharnés, et ne peut se pratiquer qu’à travers une certaine harmonie de l’âme du phoniste lui-même.

Les phonistes provenant des différents Collèges ne s’entendent pas toujours bien et il peut souvent être difficile de les faire travailler ensemble.  Les phonistes de Dohm sont souvent vus comme de dangereux hérétiques par leurs collègues ; ceux d’Acragas, souvent qualifiés de têtes-brûlées et d’ignorants ; les phonistes de la Grande, fréquemment reçus comme des savants fous dangereux pour tout le monde, etc.  Il est à noter que les phonistes formés au Collège d’Al-Bachir, à Trévéavoltaris, sont généralement mieux acceptés que les autres. Malgré une certaine réputation de filous et de manipulateurs, ils sont simplement… trop sympathiques !

L'Essence de l'Art

Les Harmonies sont des sorts de résonance ancestrale conjurés par les phonistes. Une harmonie puise sa puissance dans le langage des anciens qui connaissaient la véritable nature du cosmos.

Harmonie.jpg
Les Études Harmoniques
Ontologie.jpg
Les Études Ontologique

Les Quatre Collèges 

Des lieux de savoirs consacrés, ils sont le refuge de la connaissance même du Conglomérat. Nul ne nait phoniste, très peu peuvent aspirer le devenir.

Acragas
L'Académie d'Acragas
Collège Trévéa
Le Collège d'Al-Bachir
Collège Dohm
Le Moritarium de Dohm
La Grande
Le Magnus Magicus

© 2018 by Ad Mortem. Proudly created with Wix.com