Les Cités-États du Conglomérat : Trévéavoltaris

Le Conglomérat

Les Cités-États du Conglomérat demeurent indépendantes les unes des autres, mais leur situation géographique et leurs intérêts communs les ont amené à former une grande alliance. Chaque cité tire un profit définitif de son alliance avec les autres, le principal étant celui d’être protégé par l’armée commune du Conglomérat.  Cette armée est menée par le général Caimius, et est basée à La Grande. Elle est la principale force qui travaille à retenir le Chaos de l’Ouest, l’autre front étant la ville d’Acragas.

Le Conglomérat repose également sur une entente économique entre les quatre cités qui le composent.  Chaque cité a travaillé à établir une route sécuritaire pour commercer avec les autres, et la surveille activement par sa milice.  Une monnaie commune, celle de La Grande, a été établie entre les cités membres. Vu la position des cités du Conglomérat et la neutralité relative de leur monnaie, et grâce à l’influence (parfois obscure) de la cité de Trévéavoltaris, cette monnaie a fini par s’imposer et est désormais acceptée à peu près partout sur Pangée.  La mise en place d’une milice civile au service obligatoire (chaque citoyen mâle sert deux mois part année dans la milice) a aussi contribué à stabiliser les cités du Conglomérat. Il y règne une prospérité relative, malgré les attaques brutales et incessantes des forces des Ténèbres sur La Grande et Acragas.

La puissance du Conglomérat ne vient pas seulement de son unité militaire et économique.  Les Cités-États du Conglomérat abritent aussi les seuls Collèges Phonistes ouverts au public dans Pangée.  Cela attire chaque année des centaines de nouveaux arrivant dans les cités et contribue beaucoup à leurs puissances individuelles.

Trévéavoltaris

Située en plein milieu de la Passe, portail vers le sud comme vers le nord, au beau milieu de la région la plus désertique de Pangée, la cité de Trévéavoltaris doit certainement une bonne part de son succès à sa situation géographique très avantageuse.  Loin des attaques des Ténèbres, protégée par les montagnes et les cités voisines, Trévéavoltaris est une cité paisible dont le pouvoir se base sur l’influence et le commerce. Ses remparts de maçonnerie ashlar jaunâtre et ses bâtiments peu élevés détonnent par rapport à l’architecture des cités des environs.  Il y règne une atmosphère chaleureuse de bazar oriental. La cité est remplie de musiques rythmées, de marchands insistants et de couleurs vives. La plupart des visages sont couverts pour se protéger du soleil brûlant. Les rues sont larges, sablonneuses et populeuses ; les odeurs nombreuses et exotiques. La présence de résidents originaires de tous les coins de Pangée est la cause de cette ambiance.  Il est connu par tout Pangée qu’on trouve toujours ce que l’on cherche à Trévéavoltaris... à condition d’allonger la monnaie, bien sûr. Il n’est pas surprenant d’y retrouver un grand nombre de cavalier. Ces militaires sont prêts à répondre à la demande de toutes les villes adjacentes.

Trévéavoltaris, de par sa position géographique, agit comme principale médiatrice avec la république de Nova Civitas.  Elle serait en effet la première à subir les conséquences d’une détérioration de leurs relations, une grande partie de son commerce provenant en fait de la république (ce qui la garde plus riche que toutes les autres cités du Conglomérat).

On retrouve également à Trévéavoltaris le siège central de l’Ordre du Jugement. Ces fanatiques de Horzain ont des méthodes très particulières pour préserver la vie et asseoir leur autorité.

© 2018 by Ad Mortem. Proudly created with Wix.com